La Transatlantique – Partie 2

Article translated in English below 🙂

 

Les Manœuvres

Matthieu, moussaillon

Je suis redevable a Blue Water Fox et Ingvar, son capitaine. Ma première expérience sur un voilier ne date que de juillet 2018 avec pour mission de naviguer d’Oban en Ecosse jusqu’en Islande, sans oublier une escale par les Féroé. Quelle première expérience ! Nous n’atteindrons jamais les îles due à un moteur cassé à mi-chemin entre le pays des kilts et les Féroé. Cependant, ces quatre premiers jours dans le milieu marin furent épiques ! J’avais semble-t-il la confiance d’Ingvar et était amené à effectuer mes quarts et manœuvres en toute autonomie. La navigation pour les nuls en version rapide ! Les bordées (changement des voiles pour suivre un cap différent), n’avaient plus de secret pour moi et cela m’a mis en confiance pour l’aventure avec Sourire.

Sourire et son capitaine m’ont appris l’utilisation du tangon (barre en aluminium fixé au mât et à la pointe du génois en vent arrière), les manœuvres de port et de mouillage. Sans oublier les réparations. Un de mes meilleurs souvenirs était à Tenerife. Notre drisse de génois commence à se briser et en tant que préposé au mât, je dois monter et la changer. Entre le changement de la drisse, changement de bout de sécurité et décrochage des bouts coincés ; je passe une heure en haut du mat et prend plaisir à apprendre en faisant.

Bien que n’étant pas une manœuvre, tenir la barre pendant 16 jours était une aventure. La prendre au coucher du soleil n’a pas de prix. Quel spectacle ! Je ne peux m’empêcher de penser que quelques mois auparavant, je sillonnais le Royaume Uni et l’Irlande au volant de ma Toyota Auris. Aujourd’hui, je me trouve à la barre de ce Feeling 1100. La différence est que je laisse derrière moi la mer d’asphalte représentée par la M25 ou autre M74 pour me retrouver au beau milieu de cet océan à vivre mon rêve de voyage.

Un mot à dire Madame la matelote?

Partant de rien, je ne pourrais qu’être reconnaissante en remerciant Capitaine Bernard pour m’avoir appris toutes les bases de la marine et surtout m’avoir fait confiance afin de participer aux manœuvres essentielles à la navigation. Rien n’est compliqué, que de la logique! Effectivement, je troque le grand charabia du début contre mon rôle de matelote sans difficultés. Sortir le Génois, la Grande voile, ajouter un tangon, faire des bordées, tenir la barre, garder son cap, faire des quarts de nuit seule, jouer avec le vent, faire des nœuds de chaise et de cabestan les yeux fermés, monter en haut du mat, ou encore prendre  des douches au seau en plein milieu de l’océan n’a plus aucun secret pour moi! Une passion qui se transmet, une aventure me donnant goût à la voile à tel point que cela ne s’arrêtera pas à la traversée de l’Atlantique! Après les Caraïbes, pensons au pacifique..

Les Galères

Vu par Matthieu

Très vite, les premières galères commencent : l’auto pilote ne tient plus quelques heures après notre départ et nous devons barrer. Nous comprenons vite que la courroie est cassée et que nous allons devoir nous passer du pilote pour la traversée. Heureusement, nous disposons encore du régulateur d’allure (un pilote fonctionnant au vent). Ce dernier passera également l’arme à gauche dès le septième jour de traversée et nous obligera à tenir la barre H24 – pour mon plus grand plaisir ! La « vrai » transatlantique ! Une histoire d’amour entre la mer et notre voilier !

Les journées se suivent et nous nous échangeons la barre à tour de rôle. Le plus dur sur une traversée de ce genre est la durée, tenir mentalement et physiquement dans le temps. Nous gardons les quarts les moins faciles avec Anna. Je suis en charge du quart de minuit à trois heure ; elle prend la suite jusqu’à 6 heure du matin. Les organismes en prennent un coup. L’humidité et la chaleur de journée m’empêchent souvent de dormir. Allant même jusqu’à m’attacher au pied du mat pour grapiller quelques minutes de sommeil au frais (ma  fameuse sangle du gilet de sauvetage m’évite la aussi de passer par-dessus bord pour nourrir Sharky), avant de reprendre mon rôle de mousse.

Disposant d’une capacité en eau de 300L, nous découvrons après une quinzaine de jours de navigation que le premier ne disposera que d’environ 100L et le deuxième  50L ou moins… Réduisant ainsi notre capacité en eau de moitié. Heureusement, le desanilisateur nous sauve et l’électronique ne nous lâchera pas ! Cependant, je suis remonté par l’inconscience de la situation et son auteur. L’énervement de payer l’eau et la nervosité au cap vert aurait pu avoir raison de notre sort.

………………………..

Une jour de galère vu par Anna

=> ma seule page de vraies notes, alors bonne lecture 😉

Vendredi 25 janvier 2018 -7e jour

Le réveil a 3h30 est très difficile pour moi. Heureusement Matthieu me réveille en douceur comme chaque matin et c est toujours aussi agréable. Mais ce matin les yeux ont du mal à s’ouvrir ! Les neurones peinent à rentrer dans chaque case de mon cerveau. Je me lève doucement, prend un verre d’eau, fait mon pipi matinal et me lave les chicos pour obtenir l’haleine fraîche bien mentholée! Matthieu propose un thé au gingembre que je ne refuse point! Un rituel qui enlève le mal de mer surtout qu’après une courte nuit, le bedon brasse un peu.

J’essaye de coordonner mes jambes pour monter sur le pont. Je m’assois sur le rebord habituel et regarde au loin. la mer est toujours là.. des vagues , des vagues, et des vagues! Le temps du thé, Matthieu part dormir. Capitaine est réveillé et je pars faire mon tour de ronde pour me de dégourdir et étirer les muscles ! Il y aurait de quoi rire! Je m’agrippe à tout ce que je peux pour éviter le plongeon. Chaque pas semble être un challenge! Je regarde le génois , rien à signaler..l horizon, RAS,  le bateau, RAS..en fait je ne sais pas trop ce que je regarde! Je renvoie à la mer les quelques petits poissons volants desséchés et me faufile dans le sac de couchage de mon 2e lit, sur le pont à tribord!

Ce matin là, je retrouve le bon vieux Capitaine après 6 jours d’humeur grincheuse! Et oui le coup du rasage l’a remis à neuf ! Nous discutons de la pêche en masse et surtout l’extraction irraisonnée des fonds marins par les chinois et les japonais ! Le problème de la politique, des piratages et du monde qui tourne sur la tête ! Et oui, rien ne va plus..après l’épuisement de la terre que je connaissais, je découvre l’épuisement marin. Planqués, seuls au milieu de l’océan atlantique, nous nous retrouvons maintenant face à des bateaux de pêcheurs takatoukité depuis 48h! Sans compter l’apparition des balises fantômes ! Des balises uniquement visible via l’AIS et non à l’œil nu, servant de point de repère pour la pêche,les recherches,l’extraction de pétrole ou autres sujets sur lesquels nous n’ avons connaissance .

Mon quart de 3h30 à 7h passe vite ! et oui, la communication étant revenue, j’ai poussé un peu pour tenir compagnie à capitaine, en espérant surtout qu’il ne s’endorme pas avec tous ses cargos se rapprochant bien trop près de nous! Une petite fringale titille l’estomac. C’est l’heure du pique-nique. Une bonne semoule sauce tomate- chorizo de la veille, froide bien sûr. A cette heure, il est inutile de se mettre au fourneau ! Bien bu, bien repue, je pars rejoindre le matelas mouvant à l’oreiller bien trop fin pour mon cou! C est promis, au réveil de Gérald, j aurai le droit au gros coussin en peau de chamois ( la couverture pliée en 4).

Samedi 26 janvier 2018 – 8e jour

11h ! Calme plat sur le bateau..étrange car si rare! Je lève les yeux vers le pont.Les 2 matelots sont là. Capitaine sous la couette. Je suis en nage! Il fait chaud, très chaud ! Depuis la cuisine, j’ entends des sceaux d’eau glissés contre la coque. L un d’eux prend une douche! Je m’imagine, moi aussi, dans la piscine géante pour baisser la température du corps!

Un bonjour et j’ouvre les placards pour prendre mon petit déjeuner ! Rapidement l’eau bouille pour le thé et mes yeux dérivent sur la poubelle accrochée à la gazinière ! Damn! Le pot de beurre de cacahuète est échoué sur le dessus! Lamentation totale. Gérald a osé finir la dernière petite cuillère qu’il restait. Je décide de me venger ! Je le fixe avec des yeux malicieux tout en savourant des petits bâtonnets croquants bien gorgés de Nutella !! La guerre des biscuits est déclarée !

Pour les cigarettes, nous faisons de même . Tous les 4 bons fumeurs, partis pour arrêter, nos belles résolutions partent vite en fumée ! C’est le cas de le dire !, ayant prévu le stock un peu court,  à chacun ses paquets, et à chacun ses allumettes de plus en plus fines ! Pas de bureau de tabac en mer, Gérald ! Tu as d’ailleurs eu beaucoup de chance de pêcher une dorade pour entretenir la solidarité !

Le soleil cogne..je suis encore dans les vapes! Après les 2 cigarettes, je me lance à nouveau dans l’apprentissage du ukulélé..petit à petit l’oiseau fait son nid..il me reste 12 a 14jours avant Barbade! Il faudra être patiente et pointilleuse pour y arriver . Sacré paterne! Pas facile !Et puis pour une fois que j’ai des ongles longs, je dois les couper pour apprendre à jouer ! Vraiment injuste! Je troque donc très vite les 4 cordes contre mon harmonica pour jouer « Je ne regrettes rien » d’Édith Piaf.

Vers 14h, je me prépare pour ma sieste! Capitaine, lui est en très grande forme et commence par allumer le moteur pour nettoyer le desanalisateur. Il change d’avis après 2 minutes et se met dans la réparation du régulateur d’allure! La tige semble un peu tordue, certes, mais fonctionnait très bien jusque là. De 14h à 16h30, outils en main, il s’acharne et persiste. La réparation n’est guère mieux !. Cependant nous ne pourrions lui en vouloir, puisque grâce à lui, nous débutons la Grande Aventure ! Sans pilote automatique et sans régulateur, nous tiendrons la barre jour et nuit pendant 16 jours! La « vraie » transatlantique commence !

Ma sieste habituelle est ainsi repoussée à 17h17 précise. Pas de bol, la non plus. Les vapeurs et le bruit du moteur me font déguerpir rapidement de la cabine pour m’allonger sur le petit lit! Nous échangeons des regards souriants avec Matthieu ! Et bing! Ring ! Capitaine se lance désormais dans le décrassage du desanalisateur ! La tête collée au WC, desanalisateur collé à la paroi du WC..la sieste devient impossible ! En forme le capitaine ! Moi non ! Une barre dans le crâne commence à arriver. Malgré que je sois très active sur le bateau, 4h de sommeil en 48h.. c est peu! Après 1h à tourner,virer sur la banquette, je remonte sur le pont me reposer! Quel calme! Les paupières commencent  à tomber, mon corps est bercé par les vagues et le vent, le soleil réchauffe mon nombril ! Gérald, toujours à la barre, profite de notre présence pour chercher son enceinte Bluetooth. Échec et mat, ou belote/ rebelote… Un long slam français enregistré en live m’empêche de dormir. La musique me fait revivre certains moments à la fête de l’Humanité à Paris !

La mousse de chaise me sert de casquette et d’oreillette.. caché j’observe Matthieu en face de moi! Nos yeux se fondent l’un dans l’autre! Je ne peux m’empêcher d être admirative ! Plus le temps passe, plus ce mannequin aux yeux verts rempli de douceur me plaît ! Mon cœur de pierre devient cœur de tendresse et d’amour! Nous essayons de ne pas se faire voir mais nos sourires en disent long.. un moment magique qui  restera gravé !

18h, calme complet enfin, mais malheureusement trop tard pour dormir. Nous restons tous éveillés à la la barre. Grosse plâtrée de Pâtes carbonara! Le temps que les gars savourent, moi je m’amuse avec le volant.. vroum vroum crounch crinch zouuu le bateau.. Ayant trop mal au cul avec le siège maison aussi dur que le béton, je décide de m’asseoir sur le pont à tribord.. cap suivi 270/300 , mais de je vise le 190/210.. je suis fière. C est la première fois que je conduis de côté ! Et non de face! zoulou le bateau !

21h, nous reprenons nos quarts habituels. Il nous reste environ 1470 miles, et espérons un minimum de 12 jours à 5 nœuds ou 14 jours à 4 nœuds. 😉

 

THE ATLANTIC CROSSING – Part 2

 

Manoeuvrers

Seen by Matthieu

I am thankful to Blue Water Fox and Ingvar, its Captain. My first experience in a sailing boat was a few months before the crossing, and the mission was to bring the boat from Oban in Scotland to Iceland, with a stopover in the Feroes Islands. What a first experience! We will never get to the islands, having to come back because of a technical trouble with the engine. However, those first four days in the sea world were incredible! I had Ingvar’s trust and had to do my watches and manoeuvres alone. Sailling for dummies if you wish ! Trimming a sail and hauling in do not have any secrets for me after that and brought me the confidence I needed to take an Atlantic crossing.

Sourire and its captain taught me about the use of a tangon, port manoeuvres and anchorage. Without forgetting about reparation. One of my best memory was to go up the mast in Tenerife. Our genoa halyard was about to break, and I have to climb to change it. Between changing the halyard, changing my safety rope and unlock the other ones; I spend an hour up there taking pleasure doing that.

Even if it is not a manoeuvre, steering for 16 days was an adventure. Steering at sunset does not have a price. What a show! I can’t stop thinking that a few months before, I was traveling through the UK and Ireland with my Toyota Auris. Today, I am steering this Feeling 1100. The difference is that I left behind me the asphalt represented by the M25 or others M74 to be in the middle of the ocean living my dream of traveling. Double bonus: this last one brought Anna on my path.

Seen by Anna

Starting from scratch, I can only be thankful towards Captain Bernard to have teach me all the bases and to have trusted me to participate in the manoeuvres. Nothing difficult, just logical! Pulling out the Genoa, the Main Sail, and the poll, tack, steering the boat, keep a cap, night watch alone, play with the wind, make knots, climbing the mast or take a salty shower with a buckets have no secrets for me anymore! A passion that is transmitted, an adventure giving me the passion for sailing, so far that that it will not stop after the Atlantic! After the Caribbean, we are thinking about the Pacific…

The Difficulties

Seen by Matthieu

Sooner rather than later, the first troubles appear: the autopilot broke down and we have to steer. Thanksfully, we have the wind pilot, but this one broke down on the seventh day and we have to steer 24/7 – for my greatest pleasure! The « true » Atlantic crossing ! A love story between our sailing boat and the ocean !

Our days follow up and we take turn to steer the wheel. The most difficult in this type of crossing is the length of it. Mentally and physically. We take charge of the night watches with Anna. I do midnight to 3am and she does up to 6am after me. The bodies are marked. The humidity and warm during the day don’t allow me to sleep properly. I even attached myself to the mast to be able to get a few hours sleep (my famous rope and life jacket preventing me to go overboard and feed Sharky), before taking my night watch.

Having a 300L water capacity in our tank, we discover after several days at sea that the first tank has only 100L and the second one… 50L. Taking down by two our water supply. Thanksfully we have a water maker that save us and the battery will not break down! However I am mad at the captain for his reckness that could have signed the end of our journey!

Seen by Anna

=> My only real note, enjoy it!

Friday, January 25th 2019 – 7th Day at sea

Waking up at 3.30am is difficult for me. Thankfully Matthieu wakes me up slowly like every morning and is still always enjoyable. But this morning, my eyes have troubles to open! Neurones struggles to find their places in my brain. I slowly stand up, take a glass of water, do my toilet and brush my teeth to get the fresh menthol breath in my mouth! Matthieu suggests me a ginger tea that I accept with pleasure! A ritual that takes off seasickness, specially after a short night, my belly is not well settled.

I am trying to coordinate my legs to get to the cockpit. I take a sit at my usual place and look at the horizon. The sea still here… waves, waves and waves! Tea times up, Matthieu goes to bed. Captain is awake and I go to do my round to stretch my legs around the deck! Time for a good laugh! I cling on everything I can to not take a dive. Each step feels like a challenge at that moment! I check the Genoa, all good… The Horizon, checked, the hull, checked… to be fair, I do not really know what I am looking at! I send back to the sea the dried flying fish that I meet on the deck and go and get comfortable under my sleeping bag in my second bedroom, on the cockpit, on starside!

That morning, I get back the old good Captain after 6 days where he was grumpy! And yes, shaving is beard was a nice idea and brought us back a brand-new Captain! We chat about mass-fishing and mainly about the irrational extraction of submarines life by the Japanese and Chinese! The politics troubles, piracy acts and the world that turns around its own head! Yes, world is uploading. After exhausting the lands, I know discover the exhaustion of the oceans! Hidden,in the middle of the ocean, we are now facing takatoutite fishermen for the last 48 hours! Without mentioning those ghost beacons! They are only visible on AIS, and serve the purpose to help fishermen and other gasoline extraction… including other purposes we are not aware if.

My night watch from 3.30am to 7am goes by quickly! The communication being back, I pushed my watch a bit more to keep company to Captain, hoping that he will not fall asleep with all those tankers getting way too close! A wee craving comes to say hello to my stomach. It is time for a wee snack. A good semolina with tomato sauce & chorizo from the day before, cold of course. At that time, it is useless to start cooking! Stuffed, I go and join my moving mattress with the pillow far too small for my neck! It arranged, when Gerald wakes up, I will have the big pillow hidden in his cabin!

Saturday, January 26th 2019 – 8th Day at sea

11am ! It’s quiet on the boat, so strange because so rare! I take a look at the cockpit. The 2 crewmates are there. Captain as well under the cover. I am so warm! It is warm, so warm! From the kitchen, I can hear some bucket of water getting empty alongside the hull. One of them is taking a shower! I imagine myself doing the same in the massive swimming pool to get my corporal temperature going down!

A Good Morning said and I go to get my breakfast! Quickly the water is boiling for the tea and my eyes go down to the trash attached at the kitchenette! Damn it! The peanuts butter packaging is at the top of it! Total lamentation ! Gerald dared to finish the last bit of it ! I decide to get my revenge ! I fix him with malicious eyes while I am enjoying some Nutella with crispy sticks!! The biscuits war is starting!

For the tobacco, same story. The four of us being heavy smokers, we all left with the firm intention to quit, but our resolution quickly went to smokes! That is exactly the case! Having packed a little light on tobacco, each of us holding his stock, and making his cigarettes smaller and smaller! No tobacco stores in the middle of the sea Gerald! By the way, you got lucky to get the dorada to maintain solidarity on-board!

The sun is burning… and I still feel sleepy! After two cigarettes, I through myself into learning some ukulele… Step by step, this is improving… I still have another 12 or 14 days until we get to Barbados! I will need to be patient and careful to manage it! Bloody steaming patterns! Not easy! And for once that I have managed to get long finger nails, I have to cut them to learn how to play! So unfair! I switch quickly the 4 cords for going back to my harmonica and play “Je ne regrettes rien” from Edith Piaf.

Around 2pm, I get ready for my nap! Captain is full of beans and start the engine to clean the water-maker. He changes his mind after 2 minutes and decides to repair the wind-pilot! It looks a tiny bit curved, but it was working perfectly until now! From 2pm to 4.30pm, tools in hands, he persists and signs! The repair is a fail! However, we can’t get mad at him and are thankful. Because of him, we are starting the Big Adventure! Without autopilot and without wind-pilot, we will have to steer the boat day and night for 16 days! The “true” Atlantic crossing is starting!

My usual nap is pushed back to 5.17pm to be precised. Unlucky still! The smells and noises from the engine get me out of my cabin to get to the small bed by the table! We exchange a smiling look with Matthieu! And Bing! Ring! Captain starts now with the water-maker cleaning! Head against the toilet walls, taking a nap is not possible! Full of beans our Captain! Not me! Headheck start to arise. Even though I am very active on the boat, 4 hours sleep in 48 hours is not enough… Really is not! After another hour to turn around my bed, I go back to the cockpit to get some rest! So quiet ! My eyes falling down, my body following the movements of the sea, the sun warming me up, I start to let myself go! Gerald take advantage of us being on the deck to get the speaker and connect his phone… Massive failed for resting… A long French live recorded slam that prevent me from sleeping. Music reminds me f some great time in la fete de l’Humanite in Paris!

The chair case serves me as a hat and a pillow at the same time… Hidden I observe Matthieu in front of me! Our eyes lost theirselves into each others! I can’t avoid to be admirative of this man! More times goes by, more this model with his green eyes full of kindness attracts me! My rocky heart becomes kind and loving heart! We try to hide ourselves from the crew but our smiles tell a lot… A magical moment that I will cherish for a long time!

6pm, it’s absolutely quiet, finally! But unfortunately it is now too late to sleep. We all stay awake by the steering wheel. Massive carbonara pasta plate for dinner! While the guys enjoy their meal, I play with the wheel… vroum vroum crunch crinch goooo the boat… Having pain in the ass on the homemade seat that is as solid as ciment, I decide to seat on the side of the cockpit… Following 270/300 degrees for cap, but I am closer to the 190/2100… I am proud of myself! It’s the first time that I am steering the boat from the side! Zoulou the boat!

9pm, we restart the usual night watches schedule. We have approximately another 1470 nautical miles to go, and hope a minimum of 12 days at 5 knots or 14 days at 4 knots.

Sourire au Monde

 

Leave a Reply