Récit : 50 jours pour s’imprégner de la vie en Martinique

  article translated in English below 😉

Le 3 Avril 2019

C’est le grand départ vers la Dominique sur Aquataurus, avec Greg. Linda Jo, Toto, Matthieu et moi, Anna. Une nouvelle page qui se tourne après s’être imprégner de la vie locale Martiniquaise durant 50 jours. Notre séjour sur cette île a plutôt été intense dans tous les sens du terme: physique, mental, psychologique.

Retour vers le passé …..

Le 11 Février 2019

À notre arrivée, nous décidons de louer une chambre durant 4 jours afin de se reposer et se retrouver. La Transatlantique nous a bien fatigué et nous aspirons juste à trouver un bon matelas qui ne bouge pas pour dormir au calme et surtout 8h d’affilées non plus de jour mais bien de nuit. Un temps bénéfique où nous prenons enfin des nouvelles de la famille et amis tout en racontant notre périple.

Le 18 février 2019

Nous nous réveillons sur la plage où nous avons passé la nuit en tente. Mais le côté  « seul au monde » ne dure pas très longtemps. Cette plage de sable blanc étant devenue la plus prisée des touristes. Ordinateurs dans le sac, prêts à publier quelques articles sur cette fameuse transatlantique, nous nous arrêtons au premier restaurant. L’odeur du barbecue prêt a recevoir le célèbre «  Poulet Boucané » se faufile dans nos narines. Nous marquons une pause devant le menu , mais poche trouée et ne possédant qu’un bout de carte à puce loin d’être toujours magique, nous sommes dans l’impossibilité de déguster un bon café. Nous en profitons donc pour proposer nos services en tant que serveurs. Notre essai de 2h se finit en 8h le premier jour et continuera par la suite, intensément, 7j/7j, et ce durant 6 semaines.

Il y aurait tant de choses à dire sur ce restaurant, à l’organisation plutôt très archaïque ! Entre rabatteurs sur la plage, gestion d’un service d’environ 150 couverts par jour, façon de travailler quelque peu différente et désaccords par moments, nous (re)découvrons néanmoins un métier de serveurs qui nous « colle à la peau » ! Rigolant de tous ces moments aujourd’hui, nous ne détaillerons point notre nouveau job par respect pour nos collègues au grand cœur. Préférant surtout leur dire «  un grand merci à vous de nous avoir fait confiance et donner cette opportunité de renflouer nos caisses, du liquide si utile pour la suite du voyage ». Nous vous remercions également, vous tous, chers clients, à la fois pour vos pourboires et principalement pour tous vos merveilleux mots d’encouragements. A plusieurs reprises nous avons été touchés par les personnes rencontrées, créant parfois des liens d’amitiés autant sur la plage qu’au restaurant, allant jusqu’à ce que ces personnes reviennent nous dire au-revoir lors de nos derniers jours travail (une pensée à Marie, Geneviève, Josette et Patrick….et tant d’autres) Une reconnaissance inégalable que nous ne sommes pas prêts d’oublier !

 

Fais dodo, cola mon p’ti frère?

De notre aventure, s’est également ajouté la complexité du logement! Après avoir passé la semaine en mode camping sur la plage à 20 m du restaurant ( jamais en retard le matin), nous nous acharnons à proposer nos services de gardiennage de bateau. C’est à dire proposer de garder le bateau ou effectuer quelques travaux en échange d’un logement gratuit. Cela porta ses fruits, mais à quelles conditions ?

Nous trouvons un bateau au mouillage de St Anne. Après notre service de la journée, nous nous dirigeons au ponton afin de trouver une âme charitable qui puisse nous déposer en annexe sur celui-ci. Quelques dizaines de minutes plus tard, nous embarquons sur une coque flottante en mauvais état extérieur ! Ventre vide et ayant oublié notre unique repas de la journée au ponton, nous regonflons l’annexe trouée afin de pagayer une heure jusqu’à la case départ. Nous remercions grandement ce retraité canadien, descendant de son bateau à notre vue, afin de nous remorquer avec son annexe pour nous aider à ne pas trop s’épuiser après une longue journée. Quelques larges courses plus tard (prévues pour la semaine) nuit déjà tombée et à nouveau boudin d’annexe à peine regonflé, nous reprenons notre compétition sportive dans l’autre sens. Malgré le peu d’énergie restante, je donne des coups de biceps le plus rapidement possible afin d’ éviter le bain de minuit. Au passage, des voiliers nous éclaire à la lampe torche tout en nous demandant si l’on a besoin d’aide ! Cette gentillesse et entraide entre marins me marque et m’impressionne! Je ne peux m’empêcher de penser aux migrants traversant la mer avec de petites barques fragiles et surpeuplées ! A nouveau le pied sur l’OVNI flottant, exténués, nous inspectons l’intérieur. Chose que nous aurions dû faire bien avant! Entre câbles entremêlés, sortant des 4 coins du sol et des murs , la vaisselle laissée en l’état depuis nombreux jours et la fée du logis ayant éviter l’endroit…nous commençons à nous poser des questions. Jusqu’au moment où je décide d’ouvrir une grande boite polystyrène bloquant l’allée principale. Burp ! Odeur de poisson pourrie, eau stagnante épaisse et verdâtre tapisse le fond sur environ 1 mètre et me fait remonter les tripes! Il est 22h30, totalement épuisé, mon cerveau ne réagit plus. Malgré toutes les péripéties encourues auparavant, je commence à craquer, demeurant totalement impuissante et perdue face à la situation! Pourtant tous deux habitués à dormir dans n’importe quelle condition, ici il nous est fort impossible. Le lieu étant bien trop insalubre, les maladies mêmes inconnues se proliférant sur chaque cm carré intérieur comme extérieur. La bière de réflexion. Puis nous remontons à bord de notre bouée trouée pour atteindre le catamaran voisin encore allumé. Nous lui racontons notre anecdote de voyage  et le capitaine nous (re)dépose gentiment sur la case plage. Nous lui offrons notre pack de bière en contrepartie et regagnons le camping quelques mètres plus loin pour y monter notre tente et savourer notre plat du « jour ». Il ne sera pas loin d’1h du matin lorsque nous fermerons les yeux après cette longue et dure journée. Quelques heures de sommeil plus que méritées avant que le réveil ne sonne à 6h30 pour reprendre le boulot !

 

S’ensuit un mois de camping, en tente à l’abri de la pluie, mais non des fourmis et des moustiques avides de sang nouveau. Emplacements vides à 80% de l’année mais devenant plus qu’overbooké pour le carnaval, jambes varicelles, dos en vrac dormant à même le sol, douche froide matinale, et dépourvu d’électricité à proximité (seuls les bars nous permettaient de recharger l’électronique et travailler sur le blog chaque soir) nous décidons d’opter pour un meilleur confort. Quelques recherches sur internet et trouvons miraculeusement un studio pour quelques euros de plus malgré la haute saison ! Chance inouïe que la propriétaire accepte notre offre par téléphone. Le Ti Punch ayant certainement joué en notre faveur 😉 Électricité, matelas, Eau chaude, frigo, gazinière et clim! Un vrai luxe que malheureusement peu de personnes de nos jours se rendent compte ! Un choix que nous ne regrettons point, nous permettant de tenir nos 9h de boulot journalier non stop !

 

Touristes, redevenons-nous :

Le 24 mars 2019, nous disons nos adieux à la jah resto familia et prenons enfin nos vacances (dans les vacances). Une semaine de tourisme avant de gonfler les voiles sur Aquataurus avec nos amis Greg, Linda Jo et Toto.

Nous profitons de nos jours de repos pour recharger les batteries bien affaiblies puis partons à la découverte du Nord de l’île, réputée pour sa faune et flore tropicale.

Pouces levés au petit matin, nous atteignons St Pierre pour l’heure du déjeuner.  Saint pierre un joli petit village en bord de mer avec la Montagne pelée en arrière plan ! Sa particularité? La cité, colonisé en 1635, se développa rapidement et devint capitale commerciale au cours du XVIIIe. Doté d’une cathédrale, du plus grand théâtre des Antilles, d’un jardin botanique , de l’eau courante et de l’électricité, la ville devint connue en tant que la plus immorale mais aussi l’une des plus belles et plus cultivées citées des Caraïbes ! Cependant le 8 mai 1902, l’éruption volcanique de la Montagne Pelée la raya de la carte en l’espace de seulement 90 petites secondes. Sur une quarantaine de navires au mouillage seul le Roddan échappa aux fumées ardentes, 30 000 personnes périrent et 2 survécurent. L’histoire ne retiendra que le prisonnier rescapé Cyparis, protégé dans son cachot. Après la tragédie, Fort de France devint la Capitale et la ville de St Pierre resta Inhabité pendant 20 ans.

 

Nous passons donc quelques heures à errer dans les rues à la fois habitées et désertes, ainsi qu’à contempler les ruines restantes de la cathédrale et de la prison . Puis trouvons miraculeusement une voiture vers 16h. Polo et son gendre nous déposent à quelques centaine mètres d’Anse Couleuvre où nous décidons d’y passer la nuit. Seuls, assis sur une plage de sable fin noir, admirant le coucher de soleil, éclairé par un feu de bois, dans un environnement totalement vierge de toute habitation, nous ne pouvons qu’apprécier chaque seconde de notre vie ! Et oui, c’est ça la beauté du bivouac !

 

Au petit matin, nous replions bagages et échauffons nos mollets en suivant le trek menant à Grand Rivière ! 7H de marche sur une succession de 4 montées et descentes. Ce jour là, heureusement la pluie se troqua contre la chaleur étouffante pour notre plus grand bonheur! Entre vue sur les différentes Anses, la Dominique et l’immersion dans une foret tropicale et luxuriante,nous nous régalons tout le long ! Le plus merveilleux restera néanmoins notre arrivée à Grand Rivière, où milliers de lucioles entamèrent une danse scintillante et magique le long du chemin ! Dame nature nous dévoila ses facettes cachées dans la magie de la nuit !

 

A nouveau, bivouac dans la ville,vêtements trempés. Nous découvrons à notre grande surprise, le lendemain, plusieurs tables autour de notre campement de fortune . Le restaurant ouvrant ses portes pour le petit déjeuner ne nous réveilla point et nous accueilli avec un grand sourire pour le café. Nous ne traînons que peu dans le coin mais restons en bord de route une bonne demi heure avant de trouver les véhicules qui nous déposerons au pied de la montagne Pelée. Trop de brume, nous rebroussons chemin et revenons rapidement sur Anse noir pour profiter d’une belle baignade parmi les tortues.

Une courte navigation jusqu’à St Anne avec nos hôtes d’Aquataurus, quelques jours de repos, une plongée au rocher du Diamant puis nous laissons la Martinique dernière nous en prenant la voie maritime 😉

Pour plus d’info sur nos visites, retrouvez notre Guide des endroits à visiter en Martinique en dehors des classiques.

 

50 DAYS TO GET IN TOTAL IMMERSION

IN MARTINIQUE

The 3rd April 2019

Time has come for the great departure towards Dominica on Aquataurus with Greg, Linda Jo, Toto, Matthieu and I, Anna. A new start after spending about 2 months in Martinique. Our stay on this island can be resumed as quite intense on all levels: mentally, physically and psychologically.

Let’s have a look back to the past to summarize this experience…

When we arrived the 11th February, we decided to rent a room during 4 nights in order to be together and mostly to get a big rest, well deserved. The transatlantic crossing made us really tired and the only thing we are looking for is to sleep in a quiet place, on a soft mattress that is not moving and above 8 hours without interruption, at night and not during the day. A beneficial time for us in which we called our family and friends to recount our adventure.

The 18th February 2019

We spent the night camping on the beach. When we woke up, our thoughts « being alone in this world » doesn’t last long ! This beach composed of white sand and translucid sea water is now one of the best place to see in Martinique, often over crowded by tourists. Computers in our bags, ready to write and publish some articles about our Atlantic crossing experience, we stopped at the first restaurant, no more that 20m from our campsite. The smell of the barbecue, ready to grill the famous local « Boucané Chicken » enter in our nostrils. We start comparing prices on the menu outside, but, « holed pocked » and with the incapacity to use a credit card on which the chip doesn’t all the time mean «  magical casino », we are stuck, salivating in front a black coffee ! So we take the opportunity to offer our services as new waiter and waitress. Our 2h test is prolonged in 8 hours the first day and extends then, intensely, 9 hours per day, 7 days a week and during one month and half.

There will be so many things to say about this unthinkable restaurant, in which the organisation could be mainly resumed in one word « archaic ». Between developing good commercial approaches and skills on the beach, managing a service of around 150 customers per day, working with quite different methods, and facing disagreements between the staff … we however re-enjoy the job of waiter/waitress who « suits us »! Now, laughing from all these tremendous moments, we prefer not to detail too much about our experience there, in order to not generate troubles to our heartily colleagues. By the opposite, we widely want to say to them « Thanks a lot for trusting us since the beginning ang giving us the opportunity to fulfil our bank accounts, a so useful money permitting us to keep going on  our travel ».

By the way, we are really thankful to all of you, dear Customers, not only by helping us with tips but also by your incredible supports, giving us a great energy to keep going on our foolish and beautiful project! Each time, we have been marked by people we met, resulting sometimes on meaningful friendship both at the restaurant and on the beach. An exclusive kindness that we will never forget !

 

Go to sleep my little honey …

The complexity of our accommodation adds up to our adventure. After spending one week on our improvised beach campsite located 20m from the restaurant (good choice to not to be late in the morning), we keep trying to offer our services of boat sitting ! That means taking care of a boat or helping the owner by doing some handy works in exchange of a free accommodation ! Persévérance always give results… but at what price ?

We finally found a boat anchored in St Anne. After our working day, we quickly moved towards the dock in order to find a charitable soul who can drop us to our boat with his diggy . Few minutes later, with an empty stomach and realising that we forgot our unique lunch at the dock, we decided to go back to square one.  We start by putting some air inside the holed inflatable ring and manage to be back, paddling hardly for about an hour ! We are really thankful to this retired Canadian men who towed us to the dock when he saw us on the middle of anchored boats. Right after some quite huge grocery shopping (we planned for the week), already night, nearly inflated diggy, we start again our big sportive competition to make our way back ! Even if our energy is decreasing significantly, we paddled as fast as possible to not discover a midnight swim. At that time, my thoughts came to the migrants, crossing the Mediterranean sea on small, insecure and overcrowded boats. Half way on our way back, some sailing boats light us up while asking us if everything is ok ! This kindness and helpful ways between sailors made a high impression and impressed on me !

Once more we set feet on the floating UFO. Exhausted, we inspect the inside of the boat with more attention. Something that we should have been done way before ! Between electric cables coming out everywhere both from the floor and the wall, the abandoned dishes there for many days, and the housekeeper avoiding the place…we start wondering ourselves ! Until I open a huge polystyrene box blocking the main access to the front. Burp ! Smell of rotten fish and a thick and greenish stagnant water of 1m floats at the bottom, making me nearly throwing up. It is around 10.30 pm, totally wrecked, my brain can’t think anymore ! Even if we had a lot of adventures before, I start breaking down, being totally lost and feeling somewhat helpless about this situation ! Even if we get used to sleep in any condition, here, we can’t by anyways ! The housing is unsafe and diseases, even unknown, proliferate on each cm², both inside and outside. We shared a beer while reflecting upon how to escape from this place. Then we get on board on our holed diggy to ask some help to the nearby catamaran ! We describe our foolish stories and the captain kindly dropped us to the nearest beach ! In exchange of his hospitality, we give him back our pack of precious beers and start walking towards the camping few meters down to install our campsite and enjoy our well-deserved « lunch » ! It has been around 1 am when we finally closed our eyes after a long and difficult day ! Few merited hours of sleep before waking up; less that 5hours later to go back to work again !

 

We stay about a month in this camping, in our tent, obviously protected from the rain, but not from aunts and mosquitos looking from fresh blood. 80 % of the time, the places are empty but they become totally overbooked during the carnaval. Chicken skin, broken back resulting of sleeping on the ground, cold morning water, and deprived of electricity nearby ( each night we were going to the pub to charge our phones and computers in order to work on the blog), !;; make us changing mind and we decide to gain in better comfort. Some internet search and we find miraculously a studio for few euros more, even if we are in high season. A wonderful chance that the owner accepts our deal. The carnaval Ti Punch on that day was certainly playing to our advantage.;) Electricity, mattress, hot water, fridge, cooker and air conditioning ! A real luxury that unfortunately few people from nowadays realize. An opportunity and a choice that we didn’t regret at all, helping us to be able to work 9 hours per day without a break.

 

Toutist people, we becole again…

On the 24th March 2019, we send our « goodbye » to the Jah Familia and we finally take our holidays ( on holidays). One week of tourism before setting sails on Aquataurus with our friends Greg, Linda Jo and Toto. We enjoy our days off to charge our batteries, really down at that time, and we backpack our bags to discover the north of the island, well known for its tropical flora and fauna

Thumb up early in the morning, we hitchike to Saint pierre for lunch. Saint Pierre, a really beautiful village near the sea and the Mount Pelée on the background ! Its particularity? This village has been colonised in 1635, and quickly grew up until it became the capital of Martinique during the XVIII century. Including a cathedral, one of the biggest theatres of the Caribbean, a botanical garden, water and electricity, the place became famous both for its immoral manners but also for being one the best and instructed city of the Caribbean. However, the 8th May 1902, the volcanic eruption wiped out Saint Pierre from the world map in only 90s. On around 40 anchored boats, only Roddan stayed safe, 30 000 people died and 2 people survived. History decided to only keep in mind Cyparis, the prisoner protected on his tiny underground cell. After this tragedy, Fort de France became the capital of the island and Saint Pierre has been uninhabited during 20 years.

 

We then spent a few hours bubbling around the street, full of life and desertic at the same time and contemplate the ruins of the cathedral and prison. We find miraculously a car around 4pm with Polo and his son in law, that dropped us off a few hundred meters from Anse Couleuvre, where we decide to spend the night. Alone, sitting on a dark sand beach, being breathless in front of the sunset, lighted up by our camp fire in a inhabited place, we are able to appreciate each second of our life! Yeah, the beauty of bivouacking!

 

Early morning, we pack everything and warm up following the trek heading towards Grand Riviere! 7 hours walk with a succession of 4 uphill and downhill. On that day, thankfully the rain leaves place for a warm sun for our happiness! Between views over various bays, Dominica and the immersion into a luxuriant rain forest, we enjoy each part of the trail! The most outstanding part was at our arrival where thousands fireflies were dancing around the path! Nature showed us one of her hidden part in the magic of the night!

 

Once again, we are bivouacking in the city. Our clothes totally wet. We discover the next day several tables around our campsite. The restaurant that was opening for breakfast didn’t wake us up and welcomes us with a massive smile for our coffee. We don’t stay long around but have to wait about an hour before finding a lift that dropped us at the bottom of Mont Pele. A bad weather forces us to change our plan and came back quickly to Anse Noire to enjoy a swim with turtles.

A short sail to Saint Anne with our host on Aquataurus, a few days resting, a dive at Diamond Rock and we leave behind Martinique to go back at sea 😉

 

Leave a Reply