De la Guadeloupe à la Colombie – 12 jours sur Nimfa avec nos amis Coréens

Article translated in english below 😉

Papa, à toi que j’imagine derrière ton bureau, penché sur ta table à carte, traçant notre « trajectoire » sur une mappemonde papier tout en mesurant les vents sur Windy! A toi qui nous as suivi tout le long de la traversée de l’atlantique en déplaçant ton petit voilier personnel heure après heure. A toi qui pourrait être un bon routeur et qui aurait aimé vivre cette expérience ! Je décide de t’écrire ces quelques mots en mer lorsque le temps est long entre 2 vagues…

Mon petit Papa.. coincée entre des milliers de vagues autour de moi, j ai décidé de m’occuper en t’écrivant quelques mots sur sur mon journal de bord . Quelques mots ressemblant à une grande page ! Oui tu me connais, je parle beaucoup ! Enfin, à cet instant, sur Nimfa, un peu moins! Avec Capitaine Jacky que nous surnommons « Jacky Sparrow », nous avons un souci : la barrière de la langue ! Lui ne parle pas anglais et moi pas un mot de Coréen.. On se débrouille via les signes et un peu de vocabulaire anglophone mais, il faut se l’avouer, la communication est assez restreinte ! Excepté « Hanyang »,« Kamsamida »et « Ninjago » (en réel naengjang-go), je ne retiens pas grand chose !J’en profite donc pour t’écrire une lettre exceptionnelle du XXI e siècle . Pas besoin de blanco, le clavier virtuel de notre époque corrige les fautes instantanément. Avec la magie des jours dans lesquels nous vivons, tu ne recevras pas non plus la lettre par avion ou pigeon voyageur. Et oui, malgré que la lettre manuscrite ait plus de charme, je préfère profiter de la révolution technologique à la mode Matrix.  La poste, tu sais, je m’en méfie ! La dernière fois que j’ai envoyé des cartes postales de Cuba, après 3 ans d’espérance, celles -ci ne sont toujours pas arrivées à destination…

Parlons d’histoires de marins !

Ici dans les Caraïbes , entre les îles Grenadines et Aruba, position gps inconnue ( les signes coréens..oulala pas simple), bien assise dans le cockpit côté tribord, vent arrière de 15 noeuds et avançant à 5 noeuds, cap suivi 272 degrés , seule la grande voile est de sortie. Il est 15h23 précisément. La mer à 360 degrés autour de mes 2 orbites. Le temps est long, très long! L’auto pilote fait avancer le bateau solo, pas de manœuvres à faire, nous attendons tranquillement l’arrivée en Colombie prévue dans 4j, soit environ 340 miles! Les vagues sont aussi grandes que ma taille et envoie les sargasses sur la côte ! La pêche ne donne rien, c est notre dernier hameçon avec un leurre ressemblant à une pieuvre multicolore orangée. Comme si les poissons voulaient se battre pour manger un poisson de fête foraine! Soyons réaliste !Les sashimis ne seront pas dans mon estomac de suite!!

img_6421-2782498910-1558047087343.png

96 heures.. c est parfois long! Quand c’ est calme et que tu n’a rien à faire..tu réfléchis beaucoup ! Sur le passé, le présent, le futur! Certains se cachent dans le noir dans des temples pour méditer..moi je conseil la mer. Rien de mieux ! Car une fois lancé, tu ne peux pas sortir de ta barque pour te changer les idées, et donc ne peux que retourner dans tous les sens les questions que tu te poses! Être sur un bateau, tu sais, c’est marrant au début ! La journée, tu dors ou tu te fais ton quart en regardant s’il n’y a pas des pirates à tes trousses. Le soir tes yeux s’illuminent . La nuit est toujours aussi magique et les étoiles magnifiques. Pégase étant celle qui me suit ( ou que je suis ?) depuis notre départ sur l’océan en janvier. Les levers de soleil sont toujours aussi intense émotionnellement . Les oiseaux agrémentent cette beauté incroyable ! Mais après quelques heures, quelques jours et surtout un total de quasi 5 mois sur l’océan, moi je n’ai qu’une envie, poser longuement le pied à terre! Découvrir la merveilleuse Amérique Latine qui me fait tant rêver depuis mon enfance!

1aa1447e-2e9d-4134-b205-d0409783cb3c

Oh ! Papa ! Que vois-je ? Une tache noire au loin, environ 5 miles à tribord. Nous prenons les jumelles avec capitaine pour se faire un avis. Avec la houle, pas facile de garder l’œil dans la lunette, ou plutôt pas facile de viser correctement par intermittence entre la mer pour le ciel. C’est un bateau de pêcheur. Il part dans le sens opposé du notre. Il reste au large. Parfait pour nous. Et oui, tu sais, on longe le Venezuela et les bateaux, on s’en méfie bien plus ici. Après la venue des Russes, puis des Chinois et maintenant le coup d’état ! Beaucoup de pirates sont de sorties! Et ils ne font pas de cadeau. La dernière nouvelle connue d’un voilier ayant fait son plein d’essence, le propriétaire en a laissé sa tête sur place ! Néanmoins nous avons un bonus. Les coréens n’ont payé que la moitié des options de l’AIS. Nous avons ainsi la possibilité de voir les autres, mais eux ne peuvent nous suivre par radar! En cas de doute la nuit, extinction des feux total pour se confondre dans le paysage et passer inaperçu !

img_6388-598071029-1558048898604.jpg

Mais au fait, Papa, je ne t’ai pas dit comment nous avons rencontré le Capitaine Jacky et son fils Taco ?

Quelques jours après notre arrivée, nous décidons de prioriser la recherche d’un bateau-stop avant de visiter la Guadeloupe ! Notre tour de ponton à la Marina de Pointe à pitre n’aboutissant guère sauf au cas où nous souhaiterions faire une transatlantique retour, nous décidons d’élargir notre recherche au port de St François. Notre journée sur place se transforme rapidement en nuitée « insolite » chez l’habitant . D’abord en partageant une bière fraîche avec Céline rencontrée au Népal l’année passée. Puis avec Brigitte et Luc du Foxy Lady, rencontrés à Agadir par Matthieu, et avec qui nous passons la soirée remplies d’ anecdotes de voyages et de rire sur Tatie Daniel 😉 Nos 2 compères, en sortie plongée le matin même, rencontre nos fameux Kim et Kim, 2 coréens partant en Colombie dans les prochains jour ! De retour dans la capitale, nous nous mettons donc en quête de les rencontrer et leur faire part de notre demande. Un drapeau coréen ne passe pas inaperçu ici. Pourtant il nous est impossible de trouver le bateau. Leur moteur cassé, nous nous dirigeons directement à la source la plus fiable : La boutique de pièces de rechanges ! Nous remercions la secrétaire pour nous avoir transmis l’information. « Vos potes sont au Ponton 8 » !

Voilier vide à notre arrivée , assis, nous patientons jusqu’au retour des propriétaires. Un plus âgé, blond et un plus jeune, brun. Brigitte et Luc ne s’étaient pas trompés. Nous les reconnaissons immédiatement. Nous leur expliquons la situation et notre souhait de les accompagner ainsi que les aider à manœuvrer jusqu’en Colombie. Devenant leur premiers bateau-stoppeurs, ils nous demandent 24h de réflexion puis nous valide l’embarquement. 2 jours plus tard, quelques courses, « du rhum, une femme, de la bière… » nous voilà à nouveau en pleine océan.

Le 26 janvier 2019 – De Pointe à Pitre aux Saintes

Nous larguons les amarres vers 10h30. Sortir la grande voile à l’enrouleur électrique ne mets pas longtemps. Les manœuvres et bordées se succèdent et nous y participons pour notre plus grand plaisir ! Le bateau penche à 30 degrés et avance très bien au près. Un bon 6-7 noeuds de moyenne. Très agréable à naviguer cet Elan croate! Quelques moments penchés à 45 degrés, nous poussons les voiles et je suis moins rassurée. Une bourrasque de vent et celles-ci peuvent casser! Vagues nettoyant tribord, moi je reste demi- debout côté bâbord, talon contre le pied de table du cockpit pour éviter le toboggan. Des aventuriers nos amis !

4h plus tard, nous voilà déjà arrivés aux Saintes, près du bateau d’Alain et Patricia. Nous jetons l’ancre. Baignade rafraîchissante puis nous passons la soirée sur le bateau voisin. À notre plus grand plaisir, Luc et Brigitte sont de la partie! Leur punch passe toujours aussi bien et nous vous remercions pour la recette 😉 Bien mangé, bien bu, bien discuté..il est l’heure d’aller se coucher ! Demain,nous, nous ressortons les voiles!

le 27 avril 2019, en direction de la Dominique…

Au petit matin, deux baleines nous saluent ! Nous sommes tous excités ! Heureusement, elles ont eu le temps de replonger à temps car nous foncions droit dessus! La navigation est tranquille . Je prend la barre au niveau de la Dominique et passe du cap 220 à 190 en 2s. Effort pour reprendre le contrôle! Même à 3, il nous bien fallu 5 min! Ouf, je me sens moins fière et m’abstiens pour les prochaines fois. Je mets l’excuse sur le changement de bateau et le changement de barre 😉

Arrivés au Roseau, en Dominique, nous n’avons d’autres choix que de payer la bouée de mouillage à 15$. Un peu de snorkeling puis nous jouons une partie de carte, le « chithead » Le Rire fait parti de notre quotidien. Jacky sera de corvée pour préparer le petit déjeuner , Matthieu du prochain repas de midi ! A chaque mouillage, le jeu ressortira. Le perdant sera de corvée pour la cuisine et la vaisselle. Ce soir là, Jacky nous fait un petit cours d’histoire sur la division de la Corée. Il nous apprend également que les lois maritimes sont différentes. En Corée, par vent de plus de 20 nœuds, tout bateau est interdit de sortir du Port. Nos amis en profite donc pour découvrir la « vrai » navigation en mer de la Croatie jusqu’à la Corée du Sud.

Le 28 avril, sur les vagues vers la Martinique…

Ils nous proposent de prendre la barre lorsque nous le souhaitons. C est si adorable. La confiance est véritablement établie. Cela est si touchant ! Pour ma part, avec l’ expérience de la veille, je préfère m’abstenir au premier abord ! Mais voyant Matthieu s’amuser, je finis par faire de même pour mon plus grand plaisir! Arrivés à Anse Noire, nous en profitons pour prendre une douche. Entre tortues et poisson globe jaune si étrange, exacte, nous menons la belle vie !

Le 3 mai 2019 , ce que l’on trouve près des iles ABC

zzzzuuuuuu, fait le moulinet de pêche ! Accroché solidement à l’échelle, le fil se déroule. Taco le retiens avec des gants pendant que Matthieu tourne le moulinet. Petit à petit le poisson se rapproche jusqu’à monter à bord ! Une belle dorade d’environ 1m ! Ni une ni deux, Matthieu enlève son tee shirt, retiens la bête et transperce les branchies . Nos deux amis restent ébahis et n’en reviennent pas ! Autant pour le fait car qu’ils n’avaient pas eu une seule prise jusque là, que pour la rapidité d’action du matelot ! Étudiant Matthieu devient professeur et transmets son savoir au jeune marin. Quelques minutes suffisent à Jacky pour s’activer en cuisine . Et pour notre plus grand bonheur, nous dégustons dans l’immédiat de fameux sashimis à la dorade Corifène !

Le temps que les 2 plus jeunes se reposent l’après-midi, les vieux tiennent leur quart 😉 J’écoute attentivement Jacky s’entraînant au Yukulélé. ! Un merveilleux chant pour sa dulcinée bercée sous le rythme de la Corée !

Le 6 mai 2019, depuis Aruba en direction de la Colombie

Un cargo se rapproche de nous ! J’explique à Jacky que, depuis 1990, les cargos ont la priorité sur nous et non l’inverse . Heureusement, il passe à un mile de notre voilier. Et, Papa, Que vois-je sur l’AIS ? Nom : Anne. Cap : suivi 088. Tel mon prénom et mon année de ma naissance.  Sacré coïncidence! La mer essayerait-elle de communiquer avec nous 🙂 Au même moment, une dizaine de dauphins jouent avec les vagues de 2-3m, pendant plus de 3h pour notre plus grand émerveillement.

A 75 miles de l’arrivée à Santa Marta, les vents commencent à souffler. La grande voile étant entièrement de sortie, je préviens le Capitaine des 30 nœuds et qu’il faudrait envisager une maneouvre. AU moment où je m’éclipse au WC, l’auto-pilote lâche . Matthieu, réveillé et fumant sa clope sur le pont, aide Jacky à reprendre la barre tout en lui suggérant de réduire rapidement la voile par peur qu’elle ne se déchire. Malheureusement, 1 minute plus tard,échec et mat, l’auto-pilote ne tiens plus. À deux sur la barre, moteur à fond, la controverse est compliquée et la grande voile finit par se déchirer en son milieu, en 2 parties distinctes. Accrochée sur mon trône, j’observe la scène du hublot, impuissante. Son fils est appelé à l’ordre. Je me rhabille au plus vite et monte dans le cockpit! Taco est l’avant pour affaler les morceaux de toile, Matthieu aux drisses dans le cockpit, et moi je m’apprête à aider notre ami à l’avant . « No No No!!! »cria Jacky à la barre. Le bateau fait à nouveau un tour à 180 degrés. Je me rassois et reviens mettre les pieds dans l’escalier de la carré sous ordre de Matt. « Évitons un homme à la mer, les vagues sont belles et le bateau peut encore se coucher! La carré reste un lieu sûr au cas où l’on chavire  ! » Heureusement, aucun drame n’arriva ! La grande voile s’affala petit à petit et aucun de nous n’a opté pour la baignade. Lorsque Taco revint nous voir, je resta impressionnée par sa première question “ tout va bien ? Vous n’êtes pas blessé?” . Surprise, je lui discerne, intérieurement, le plus grand diplôme de capitaine pour son sang froid, sa rapidité, ses réactions et son inquiétude pour l’équipage !

Bon, Papa, je ne vais pas te le cacher… mon intestin est bloqué depuis 12 jours. Un nems de départ doit boucher l’entrée. Rire. Cela me fatigue beaucoup, et joue sur mon humeur. La traversée , cette fois-ci, je la trouve donc bien longue. Chaque jour, j’ai le choix entre entre remplir mon estomac jusqu’à bouchonner mes 5km d’intestin, ou faire une diète au risque de retrouver le mal de mer. Mon choix est rapide. Je valide pour la première option. Le mal de mer j’ai donné ma part auparavant et surtout bien connu celui-ci le jour de noël. En aucun je ne souhaite renouveler l’expérience et ne peut que prendre mon mal en patience. Mais,tu sais, à chaque mouillage, je rêve de nager jusqu’à la côte et trouver une pharmacie. Un rêve ne pouvant être réaliser. Et oui, entrer illégalement dans un pays pourrait me/nous poser de très gros soucis. Alors, à défaut de verdure sur le bateau, je me lance dans plusieurs méthodes de grand mère. La première : un gros verre de Rhum tel Jacky Sparrow : rien y fait ! L’homéopathie ou la méditation : zéro résultat. Le jus d’ananas, les pilules à base de choux ou le remède de cheval coréen à l’odeur très décapante : inopérant! Après 12 jours de navigation, mon état de santé devient inquiétant. Quelques couleurs jaunies apparaissent sur mon visage. La crise de foie ne doit pas être trop loin ! En vue des conséquences, nous préférons nous arrêter à la marina de Santa Marta. Notre objectif d’atteindre la Colombie en bateau-stop ayant été atteint !

Le 7 mai 2019, Nous posons définitivement le pied en Colombie. Un taxi privée nous emmène jusqu’au bureau d’immigration pour obtenir le visa d’entrée de 3 mois. Plusieurs aller-retour à la pharmacie sans que cela ne change grand chose (le remède miracle se fera 48h plus tard, m’évitant ainsi tout séjour à l’hôpital: l’huile de Ricin !) puis s’ensuit un bon barbecue hebdomadaire avec nos voisins de ponton ! L’accueil est chaleureux !

Le 8 Mai 2019, s’arrête ainsi la totalité de la Transatlantique et nos 5 nos mois passés en mer. Sous une chaleur étouffante, nous faisons nos adieux à Jacky et Taco.

A nos 2 amis :« Nous vous remercions tant de nous avoir embarquer sur Nimfa avec vous. Vous êtes des personnes exceptionnelles que nous n’oublierons jamais ! Bon vent jusqu’en Corée du sud ! C’est promis, nous passerons vous voir dans 4 ans ! »

Ils repartent avec notre drapeau Français signé et nous conservons précieusement le drapeau coréen en souvenir ! Maintenant, l’Amérique s’ouvre à nous … 😉

img_6504.jpg

Nb : à l’heure où nous écrivons cet article, 3 magnifiques perroquets papotent entre eux sur la porte d’entrée du voisin ! Bienvenue en Colombie 😉

FROM GUADALOUPE TO COLOMBIA – 12 DAYS ON NIMFA WITH OUR KOREAN FRIENDS

 

Daddy, to who I am thinking about, sitting on your chair behind your chart table, drawing our « route » on a worldmap while looking at the winds on the Windy app ! To you who has been following us since our first day on the Atlantic crossing, moving your personal fictive boat hour by hour. To you who would be a great router and would love being part of this experience ! I write these words, at sea when the time goes quite slow between two waves…

Dear daddy…trapped between thousands of waves around me, I decide to kill time by writing a few words on my diary. A few words that looks like a big page again ! You know me ! I speak a lot ! Well, at that time, on Nimfa, I speak less than usual. With Captain Jacky that we nicknamed «  Jacky sparrow », we have a probleme : the language barrier ! He doesn’t speak english and I don’t know any Corean words ! Well we try by using sign language and a limited english vocabulary ! But to tell you the truth, the communication is quite limited. Except the words «  Hanyang », « Kamsamida » and « Ninjago » ( leans Naengjang-go), I don’t know more that my brain can record ! I so take the opportunity to write a letter to you, an exceptional one from the 21st century. No need to use an eraser, my virtual keyboard corrects the grammatical errors immediately. Thanks to the magic of internet, you will not receive this letter by airplane or carrier pigeon. Actually, even if a handwritten letter is more beautiful, I prefer to use the technological revolution like Matrix. In fact, I don’t really trust the post office ! Last time I sent postcards from Cuba, even after 3 years, those didn’t arrive to the recipients….

Let’s talk about sailors stories….

Here, in the Caribbean region, between Grenadines islands and Aruba, localisation unknown (corean signs isn’t easy to understand), well sitting down on the starboard side, downwind reaching 15 knots and the boat going to 5 knots, heading toward 272 degrees, with the main sheet only out. It is 3.23 pm . Sea at 360 degrees around my eyes. Time is long, very long ! The auto-pilot helps the boat sailing alone, without manœuvres to do. We are waiting leisurely to the arrival in Colombia, expected in 4 days, around 340 miles. The waves are as big as my size and push sargassum to the coast . Fishing doesn’t work ! Well, it is our last fishing lure that looks like a multicolor octopus . As if fishes will do a competition to eat a meal out of a fairground ! Let us be realistic ! Sahimis won’t be in our stomach right now !!

Waiting 96 hours… could be a long time again ! When it is quiet and you have nothing to do, or nearly because you can’t read, you start thinking a lot ! On the Past, the Present, the Futur ! Some people prefer to meditate in a temple… I rather recommend the sea ! Once your are on a boat, you can’t go out to change your mind. And so, the only thing you can do is discussing about each point of your personal questions. Sailing, you know daddy, at the beginning is a great fun ! During the day, you sleep or you do your watch while looking around if there is no pirates. At night, you are enlightened by magical stars ! Pegasus being the one which follow me (or rather that I follow?) since our departure beginning of January. Sunrises always give you a so intense emotion and birds embellish this incredible beauty . But after a few hours, a few days, and mostly , after nearly 5 months on the ocean, I mainly think about putting feet on land, to finally discover South America, a dream of my childhood !

Oh ! Dad ! What is that ? A black spot far away, around 5 miles on the starboard side. Captain take the binoculars to be sure. With the swell, it is not easy to keep an eye in the lens or rather it is not easy to fix to the boat correctly without seeing half the sea and half the sky. Well, wrong warning !!it is a fishing boat. He is going on the opposite way. Getting far from us. Perfect ! In fact, you know daddy, we are not so far from the Venezuelan coast and we particularly beware of boats here. Lot of pirates are sailing around ! Nevertheless, we got a bonus. Our Korean friends only paid for half of the options on the AIS. We are so able to see the others, but them can’t see us. In case of doubt, we switch off all the lights to be part of the environment and so disappear…

Oh daddy, I forgot to tell you how we met Captain Jacky and his son Taco, didn’t I ?

Few days after our arrival in Guadaloupe, we decided to better look for a boat ride than to explore the island. Our first round at the marina of Pointe à Pitre not being a success, we thought about expend our investigations to the port of Saint François. Our day there rapidly changed on an original bed and breakfast stay ! Firstly, we shared a beer with Céline, a friend met in Nepal one year ago. Then, we stayed with Brigitte and Luc from the Foxy Lady, Matthieu’s friends met at Agadir, and with who we spent the fulfilling night of stories and laughs. While diving in the morning on this same day, our two companions met Kim and Kim, two Korean guys going to Colombia in the next few days. Being back at the capital, we so investigate the port in order to offer them our services and so to embark to Colombia. Even if a Korean flag could not be unnoticed here, we were not able to find them. We know they have a broken engine, we so went to a reliable place for some help: the spare parts shop ! We really thankful the secretary for her kindness and having given us the essential information we need «  your mates are at the dock 8 » !

Dock 8, boat empty, we wait with patience for their way back. 30 minutes later, 2 guys came to us. One, with blond hair and older, the other with black hair and younger. The description of Brigitte and Luc was perfect. We recognise them immediately and start to explain to them our travel until here and our wish to help them sailing towards Colombia. Once more, being their first boat hitchhikers, they ask us 24 hours of deliberation. One date later, they valid our boarding pass. Two days later, and after some food groceries and bottles of rhum, we came back on the ocean…..

The 26th January 2019 – From Pointe à Pointre to the Saintes

At 10.30 am, we are ready to cast off for adventure. We quickly pull up the motorised headsail  Manœuvres and tackings take turns and we play a part on it. The boat is leaning at around 30 degrees and goes quite fast at the beam! An average of 6-7 speed knots. Very pleasant to sail this Croatian Elan ! A few moments, we lean at 45 degrees pushing the sail and I don’t feel so confident. An additional strong gust of wind and the sheets break ! Waves cleaning the starboard side, I am half standing up on the port side, heel against the cockpit’s table leg to avoid a water-slide ! So adventurous our new friends !

Four hours later and we arrived to the Saintes, near Alain and Patricia’s boat. We anchored at sea. A swim for refreshment and we spent the night with the neighbours. For our great pleasure, Luc and Brigitte take part of the dinner. Their punch is still as good as before and we thank you for the recipe. Gool meal, good drink, good talks and laugh… now it is time to go to bed. For us, we keep going tomorrow !

The 27th April 2019 – Towards Dominica….

Early in the morning, twos wales come to greet us. We are so excited. Fortunately, they just had time to dive underwater before we come down on them. Then the sailing is quiet. I so decide to take the wheel when we arrive not so far from Dominica. But the route change from 220 to 190 in only 2 seconds ! Even by being 3 people, it took us a huge effort of 5 minutes to get back to the right position. God ! I didn’t feel so proud after that and decided not to touch it the next time. Putting this lack of control on the fact that the boat and the wheel were different …;)

When arriving at Roseau, in Dominica, we had no choice that paying 15 $ for the mooring again.. we enjoy our small spare time to snorkel and then by playing cards : the famous « Shit-head » game. Good laugh: Jacky had to make the breakfast and Matthieu the lunch for the next day. Each time we anchored, we were playing this game and the looser had to cook and clean the dishes !

On that night, Jacky teach us some lessons of History on the division of South and North Korea. We learned as well that, in South Korea, they are forbidden to leave the port when the winds are more than 20 nots.  Our friends are so enjoying the « real sail » crossing the Atlantic and Pacific ocean from Croatia to their own country.

The 28th April 2019, on the waves to Martinique

They offer us to take the weel when we wish. So nice ! By this way, they show us how they trust us. However, with the experience of the day before, I prefer to skip my turn. My mind changes a few minutes later when looking at Matthieu and his great moments while « driving ». Nothing dangerous happened !We arrived at Anse Noire on time to take a salted shower . Between swimming with turtles and watching strange globe yellow fish, that’s true, we have a good life !

The 3rd May 2019 – what we can find near the ABC islands

zuuuuu… the fishing line is making noise. Well attached at the boat, the line is leaving fast ! Taco hold back with his gloves when Mattieu is rurning the reel . A beautiful dorade of 1 meter. Step by step,the animal comes near until to embark on board. As soon as possible, Matthieu takes off his tee-shirt, put it on the anilamal to keep it from moving and put his knife in the gills. Our friends are amazed by this action and need time to realize. Not only for the fact that they get their first fish but also for the rapidity of the action of the sailor. The student becomes teacher, by transmitting his knowledge to the young fellow. A few minutes are needed to Jacky Sparrow to cook and with good happiness, we immediatly taste the famous Sahimis made of fresh Dorada !

The 6th May 2019 – From Aruba towards Colombia

A cargo ship is getting closer! I explain to Jacky that since the 1990s, cargos have priority over us and not the opposite. Thankfully it went by one mile away from our boat. And Daddy, what do you see on the AIS? Name: Anna. Followed cap: 088. As my name and my birth year. What a coincidence! Is the sea trying to communicate with us? 😊 At the same time, about ten dolphins play on 2-3 meters waves. They follow us for about 3 hours for our pleasure.

75 miles away from Santa Marta, the winds start to blow. The main sail being completely out, I tell the captain about the 30 knots winds and that we should reduce the main sail. At that time when I am going to the bathroom, the auto pilot can’t handle the conditions. Matthieu woke up and helped Jacky to get the boat back on track and suggests him to reduce quickly the main sail, being afraid than that one breaks. Unfortunately, one minute later, mat and check! The auto-pilot can’t handle the conditions again. Four hands on the wheel, engine at its maximum, bringing the boat on track is difficult and the mainsail end-up breaking down in two parts. Being sit on my chair, still in the bathroom, I observe helplessly what happened by the window. His son is called on the cockpit. I harry up as fast as I can and come back on the cockpit as well! Taco is on the deck to bring down the sails. Matthieu is managing the halyards and I am on my way to go give a hand on the deck. “No, no, no!” screams Jacky! The boat is turning again on 180 degrees. I sit down and come back to put a foot on the stairs under Matthieu’s order. “Let’s avoid a man over-board, the waves are massive and the boat can still turn over! The stairs are still a safe place in case we turn over as you fall straight inside!”. Thankfully no drama occurred! The main sail slowly went down and none of us went for a swim! When Taco came back to us, I was impressed by his first question “Everything’s Okay? You are not hurt?”. Surprised, I discerned him (in my mind), the highest Captain diploma for his cold blood on emergency, his reactions and awareness for the rest of the crew!

…………………….

Well daddy, I will not lie to you … my intestines are blocked for 12 days. A nems since the departure must have blocked the exit ! Hihihi ! But the situation makes me really tired and play on my humour. Every day, I have the choice between fulfilling my stomach until it starts to be painful or be on diet with the risk to be sea-sick. I opt for the first option. I gave too much in the past and really knew sea sickness at Christmas time. I do not want to reproduce the same experience and can only be patient until we arrive. You know, daddy, each time we anchored, I was just dreaming to swim to the coast, to find the nearest pharmacy. Unfortunately, a dream which wasn’t possible to be real.. To enter illegally in a country could bring me /us serious troubles. So, I taste different grandmothers ‘methods on the way. First: a big glass of rhum like Jacky Sparrow : nothing happened.  Natural plants and meditation : zero results. Pineapple juice, cabbage pills or a Korean medicine with a horrible taste: none. After 12 days of sailing, my health condition starts to worry us, mostly when my skin change color to be quite yellow under the eyes and around the mouth. Liver crisis should not be not too far ! By consequence and being realistic, we preferred to stop at the marina of Santa Marta. Our goal of reaching Colombia by boat was done !

On the 7th of May 2019, we set foot in Colombia. A private taxi cab bring us to the immigration office in the middle of the city, in order to get our 3 months visa. Many returns to the pharmacy but the results were still the same ( the miracle cure appeared 48 hours later, avoiding me some holidays at the hospital. Its named « Ricin oil » and I don’t recommend it!). Then, we participated at a weekly barbecue with our neighbours from the dock ! A warm welcome !

The 8th of May 2019, symbolise the end of our Atlantic crossing and of our 5 months spent at sea. Under a warm sun (to not say far too hot), we say our goodbyes to Jacky and Taco.

To our two dear friends: “We are thanking you so much for taking us on board Nimfa with you. You are two incredible people that we will never forget! Have some great winds to Korea! It is promised, we will come and say Hi in 4 years!”

They leave with the French flag that we signed and we keep preciously the Korean one as a memory! Now, America is opening her arms to us… 😉

Nb : At the exact time we are writing this article, 3 magnificent parrots are chatting on the door of our neighbours! Welcome to Colombia 😊

img_6504.jpg

One thought on “De la Guadeloupe à la Colombie – 12 jours sur Nimfa avec nos amis Coréens”

  1. Quelle expérience incroyable !
    En lisant votre article, j’ai voyagé pendant quelques minutes au rythme des vagues, au rythme de l’eau.
    Ca donne bien envie de tenter l’aventure (bon mise à part les problèmes de santé 😛 )

Leave a Reply